Route vers Jodhpur

Du haut de la terrasse de l'hôtel, je regarde la vie qui s'éveille autour de nous. Deux jeunes, perchés sur les toits, mènent sans conviction un combat dérisoire contre la poussière du désert, dont ils savent à l'évidence qu'ils ne seront pas vainqueurs. En regardant la terrasse de l'hôtel voisin, je comprends que les banquettes creusées dans les murs, sur lesquelles j'adore m'installer pour déjeuner, servent parfois également de couchage pour les serveurs. Nous retrouvons qu

Jaisalmer.

Après une nuit plutôt réconfortante, direction la terrasse de l'hôtel pour remettre la machine en route avec un bon petit déjeuner. Comme il me faut plus d'un demi litre de thé pour démarrer, ce matin ça va être très long, vu qu'il n'y a que des mini tasses à café. Et comme ce n'est pas en libre service, dès que j'ai bu mes trois gorgées, je dois me relever, expliquer que je ne veux que de l'eau chaude et pas un autre black tea. Mais on y arrive. Nous partons pour la citadell

En route pour Jaisalmer

Après les adieux, ce qui comprend la cérémonie des pourboires (incontournable casse-tête de ce pays), c'est l'heure du départ pour Jaisalmer ce matin, tôt. Nous évitons les grands axes et la circulation est plutôt fluide. Mis à part vaches et dromadaires qui investissent la chaussée sans état d'âme. Le paysage est rural, puis sec voire aride. Les pluies sont terminées depuis août et n'ont pas été très abondantes. On devine des cultures de blé, de coton. Les acacias sont taill

Pushkar - Full moon

Ce matin, c'est le grand jour. La lune est pleine, le soleil se lève à peine et du lac montent des bruits incantatoires. C'est le moment de se fondre dans la foule... Depuis quatre heures du matin, des pèlerins procèdent à leurs ablutions. Ils sont venus, par villages entiers, se purifier. Pushkar est une ville sacrée (d'où les restaurants végétariens et sans alcool) Le tour du lac est envahi, et de la nourriture jonche le sol. Depuis plusieurs jours, des repas sont distribué

Pushkar -

Nuit toussante et crachotante. Au petit déjeuner nous croisons un groupe de femmes suisses, super sympas. Elles viennent du Tamil Nadu, ou elles gèrent un orphelinat avec 45 enfants. C'est un véritable parcours du combattant à ce que l'on comprend. Dans ce pays où tant d'enfants sont à la rue, vouloir en sortir certains est une gageure. Le gouvernement les a obligé à déménager l'orphelinat, elles ont du racheter un hôtel ! L'ancien bâtiment étant dans le couloir des éléphants