• Lucie Bressy

Le franchissement.

Jusqu'à l'arrivée à l'aéroport, tout se passe très bien. Nous sommes très en avance, (on s'est réveillés à 4h du matin pour un départ à 8h!). Nous sommes les premiers à nous présenter au comptoir d'enregistrement, tous les code barres et qr codes en main (pass sanitaire, test test ou pcr de moins de 72h). Les sacs, poids sont réglementaires, et là, paf ! L'hôtesse nous dit que les tests antegeniques sont valables 48h. Je suis sûre du contraire, lui montre le site de l'ambassade, rien à faire, son supérieur doit valider.

Pendant ce temps là, on essaye d'avancer, mais rien ne marche : le tapis des bagages, l'imprimante à carte d'embarquement, nada.

Il nous faudra près de 40 minutes pour vaincre tous les obstacles et passer au contrôle.

La noria des voyageurs s'ébroue dans le labyrinthe chichement délimité par les rubans bleus, encouragée par les bips des portiques et le bruit des corbeilles qui défilent.

Nous sortons tout, 6 corbeilles quand même, mais je bipe au portique et le sac à dos de Gérard, quasiment vide, déclenche la suspicion de l'employé. De quoi se dire qu'il faut vraiment prévoir large.

Mais enfin nous voilà embarqué. Vol paisible, à l'heure, débarquement paisible et courtois. Pour notre vol intérieur il nous faut changer d'aéroport. Le bus Flybus (j'ai acheté mon ticket au préalable) nous mène au centre ville et ensuite un autre bus nous emmène à l'aéroport. (Environ 30 euros par personne)



L'aéroport domestique est petit, bon enfant, et bientôt nous voilà à bord d'un petit avion à hélice, j'adore et prends quelques photos à travers le hublot (sale). Le survol des fjords est un régal et bientôt nous voilà à isafjordur où nous attend Stéphanie, chez qui nous allons rester quelques jours.





Pour s'enregistrer en islande : ici

Le airbnb de Stéphanie et Rodolphe

133 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout