© 2017, Lucie Bressy. Site crée avec WIX.

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon

Adrenaline day

August 24, 2019

 

Réveil tôt. Après la routine du matin je fais un tour dans le petit village de Almdorf. C'est incroyablement coquet... Une petite cabane ouverte contient des pots de confiture, des onguents, des bouteilles de liqueur. Tout est maison, le prix est indiqué dessus, et une tirelire permet de glisser l'argent. Je fais donc mes emplettes. Après avoir payé le camping à la ferme (qui a augmenté ses prix) on part pour la Grossglockner strasse, route panoramique la plus célèbre d'Autriche. Petit arrêt à Zell am See parce que le lac paraît bien joli. Et ensuite passage au péage pour la fameuse route. 36,50 euros pour un jour, 56 pour deux jours. Là aussi ça a sacrément augmenté !!!!

 

 

On démarre gentiment par un arrêt pique-nique au premier parking. Histoire de ne pas se bousculer. Mais en fait on va s'arrêter très souvent. Ça monte, beaucoup. Ça descend, aussi. Les points de vue sur les montagnes et les nuages sont nombreux et même si le soleil n'est pas au rendez-vous on ne sait pas où .donner des yeux. On monte sur le sommet de l' Edelweiss par une route étroite et pavée, impressionnante. En vidéo :

 

 

 

 

 

Le spectacle est aussi sur la route, entre les belles voitures, les grosses motos et les vélos. Tout le monde semble prendre beaucoup de plaisir. Parce que du monde il y en a quand même. 

 

On décide de pousser jusqu'au bout de la route, vers le glacier Pasterze. Tout est incroyablement aménagé. 

 

 

Côté visibilité, on a basculé dans la purée de pois, alors on attend une éclaircie en regardant les marmottes. Finalement, on part directement à pied vers le glacier par des tunnels sous la montagne pour tenter d'en voir un peu plus. Les tunnels aussi sont aménagés, il y a vraiment beaucoup d'efforts faits. 

 

 

Au bout du tunnel on continue sur un sentier. Le brouillard est de plus en plus présent mais on nous fait comprendre qu'il y a des animaux avec des grandes cornes plus loin ? Allons-y donc. Effectivement, nous tombons sur des bouquetins. Ils sont paisibles. L'un d'eux dort même la tête en arrière de façon à prendre appui sur ses cornes. Un petit malin ! 

Je n'ai bien sûr que mon 24-70 je prends donc des photos d'ambiance. Car pas question d'ignorer qu'un panneau recommande de ne pas marcher sur les fleurs. Tout le monde reste sur le sentier et les bouquetins ne sont donc absolument pas dérangés. C'est beau la discipline...

 

 

Comme mus par un pressentiment, on décide de rentrer. Il est tard, déjà. La pluie, puis le vent nous rattrape. On arrive juste à temps à la voiture avant que ça ne devienne vraiment affreux et les premiers kilomètres, sans aucune visibilité, sont tendus. D'autant qu'on devine des bouts de rochers éparpillés sur la route ! Mais au fur et à mesure de la descente on passe sous les nuages et c'est sans encombre qu'on rejoint Heiligenblut, où j'ai repéré un camping réputé sympa. Et il l'est! Le tôlier, l'endroit, le petit restaurant, la musique tyrolienne, tout est super. 

La vue sur l'église, de nuit, est magique. 

 

Le camping ici

Le récit de la veille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload