© 2017, Lucie Bressy. Site crée avec WIX.

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon

Errances

August 23, 2019

À 6h30 j'ouvre un œil. Le soleil illumine la montagne en face ! Incroyable. Je le referme aussi sec. Mais des meuglements de plus en plus nombreux accompagnés de cris impérieux me tirent du lit : je file dehors. Hélas, le soleil a disparu !

 

 

 

Le troupeau qu'on voyait hier patienter les pis pleins à la barrière retourne au pré après les traites. C'est une file ininterrompue de plusieurs centaines de vaches qui défile devant moi. Un spectacle joyeux mais quelque chose me turlupine. Où sont les veaux ? En fait ils sont sevrés dès la naissance et nourris au biberon, pour ceux qui sont gardés. 

Un panneau m'informe que la race à été améliorée. Une vache qui il y a quarante ans pesait 500 kilos donnait 2350 l de lait annuel. Désormais elle pèse 650 kilos et donne 5000 litres de lait ! 

Il n'empêche, le sort des veaux me paraît relever d'une logique qui m'échappe. 

 

 

Bref, nous partons randonner vers le fond du cirque. Le soleil finit par gagner la partie au fur et à mesure de notre avancée. La bas, on trouve... des vaches, dont certaines sont très familières, mais surtout des chamois, lointains. Les observer est toujours un régal. Avec mon 24-70 et mon 14 mm je ne suis pas au mieux pour les photographier...

 

On quitte le site. On pique nique juste à côté, en plein milieu d'après-midi, au bord de la rivière couleur toujours bleu givré. Nous y sommes rejoints par deux cyclistes qui en profitent pour tout laver, eux et leurs vêtements. Sympa !

 

C'est le moment de quitter la région. Les kilomètres défilent, sur un axe fréquenté. On compte les magasins Sparr, il y en a partout !

Je trouve un spot idyllique pour dormir, pas de bol, la route d'accès est fermée. On repart pour une heure de plus jusqu'à une ferme qui propose l'hébergement pour les voitures. L'endroit n'est pas déplaisant, mais les sanitaires très sommaires et la présence d'un véhicule qui se côté à nous nous font regretter de ne pas avoir choisi l'option pleine nature ( qui n'est pas toujours facile à trouver selon les régions). Les mouches investissent en rang serré le camion, ivres de nouveautés. 

Trop tard... On fera mieux demain. Le soleil illumine la montagne voisine, fermant la boucle de la journée.

 

 

. Le camping à la ferme avec les mouches curieuses ici

Le récit de la veille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload