© 2017, Lucie Bressy. Site crée avec WIX.

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon

Pushkar - Camel fair

November 18, 2018

 

Nous sommes comme de vieux routards désormais et l'envie de bouger remonte doucement. Ce sera pour bientôt je pense.. Mais en attendant on continue notre routine, foire, ghats, etc. Rien de bien nouveau donc. Ah si. Dans le soleil levant, accroupie contre un mur, une femme semble totalement abandonnée à son monde intérieur. Elle est impressionnante. D"une façon générale, la spiritualité ambiante est impressionnante.

 

 

 

 

Hélas, ce matin j'ai vu un petit poulain agoniser sur le bord de la route. Et lorsqu'à midi nous étions planqués à l'ombre sous la tole habituelle s'est soudain déclaré un vacarme assourdissant. Les singes ! On a plongé sur nos chaussures pour ne pas se les faire embarquer mais ils n'étaient absolument pas intéressés et ont préféré dévorer et dévaster toute la décoration florale déjà mise en place.

On retrouve nos amis indiens pour quelques plans sur la comète. Il est question d'aller voir un lac salé dans les environs. Ils parlent tamoul et pas hindi donc ne sont pas beaucoup plus avancés que nous pour les démarches. Mais ils me montrent comment recharger la carte sim locale que j'ai récupéré. Heureusement sinon c'est un peu complexe. Copie du passeport du e_visa, une photo d'identité, et des prix fantaisistes selon où l'on tombe. 

L'après midi on se sépare avec gg et je m'enfonce complètement dans les ruelles du marché aux chevaux jusqu'à déboucher sur un endroit magnifique et paisible à l'aplomb du stade. Des femmes viennent chercher l'eau et leurs reflets sont aussi gracieux que leurs saris colorés. Je demande l'autorisation de les photographier, et bien non. Pas grave, elles remplissent ma collection de nouveaux sourires. Je ne ferai qu'une photo d'ambiance. De toute façon je prends de moins en moins de photos. 

 

 Rien de fameux ensuite. Je n'arrive pas à retrouver GG aux deux premiers points de rv, je pars donc pour le troisième. Il y arrive bien après moi et comme il était inquiet, il n'est pas content .

Nos amis indiens eux aussi arrivent eux avec une demie heure de retard. On comprend que le plan du lac salé va probablement être compliqué à mettre en oeuvre... Retour sans gloire à l'hôtel, une soupe et hop ! Au tri. 

 

Le récit de la veille ici

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload