© 2017, Lucie Bressy. Site crée avec WIX.

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon

Mongolie. La fin.

November 22, 2017

Parce que ces dernières journées ont été riches en émotions, en rencontres, en chaleur humaine, entre nous et autour de nous, il nous semble bien rude de tourner le dos à tout cela, et nous n'aurons pas trop de deux jours pour nous ramener à la ville, voire à nos vies respectives. 

Il nous faut dire adieu à notre super petit camion et retrouver un véhicule plus habituel, c'est vraiment dommage. Il faut aussi dire adieu à Dorgoo et Urche, aïe aïe aïe. Nous les remercions de toute leur gentillesse. 

 

 

C'est parti ! Nous retrouvons les plaines immenses, sans neige. Cavaliers, troupeaux, font désormais partie de notre vision du monde. 

 

 

A l'issue de cette longue journée de route, nous retournons dormir au même hôtel, à Edernet. Il y a une fête d'anniversaire dans une salle et les femmes défilent, toutes plus somptueusement habillées les unes que les autres. Nous qui sommes plutôt en mode rustique, le contraste est frappant. Le soir, nous allons au restaurant mais tout nous semble bien terne, il faut l'avouer. 

Peu importe, il reste encore demain pour en profiter un peu. La nuit est bruyante, mais ma foi tout le monde a bonne mine le lendemain matin. 

Au fur et à mesure de notre route, la ville étend son ombre. Et bientôt, nous plongeons dans la circulation folle de Ulan Bator. Le choc est rude, et nous nous sentons complètement déboussolés. 

Le temps de faire quelques courses souvenirs, dans des magasins plus ou moins officiels, il faut rentrer, refaire les valises, dîner, tout en soupirant copieusement, parce que quand même, on a pas du tout envie de partir. 

La nuit est courte, au petit matin nous rejoignons l'aéroport. Les différents vols se passent sans soucis, et dans l'avion je commence à rédiger un petit compte rendu du voyage. Je ne veux pas oublier. 
Et déjà, il me vient la certitude que je reviendrais. Bientôt. 

Merci à tous pour vos lectures bienveillantes de ce récit tardif. 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload