© 2017, Lucie Bressy. Site crée avec WIX.

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon

ça sent le retour

September 8, 2017

 

 

 

Ce matin, on profite des installations du camping pour tout remettre au propre. Quand on y pense vraiment, les éviers, les lavabos, l'eau courante, que dis-je, l'eau CHAUDE, que de belles inventions...

J'ai tracé un itinéraire pour rejoindre Oslo en deux jours, qui, je l'espère, me fera encore profiter des paysages sauvages que j'affectionne. En partant vers Sogndal, nous apercevons de la route le Bøyabreen, un des bras du plus grand glacier norvégien, le Jostedalsbreen. On accède en voiture jusqu'à sa base, ou quasiment. D'ailleurs, nous n'y sommes pas seuls, et là encore, la jeune génération se photographie sous toutes les coutures. Dont une jeune femme, debout sur un rocher, qui tourne sur elle même devant son téléphone au bout d'une perche, enchaînant les mimiques et les gestes selon un rituel qui nous laisse GG et moi sans voix et presque mal à l'aise. Je préfère, plus classiquement, prendre en photo le glacier...

Aujourd'hui sera la journée des tunnels :  nous en avons pris plus d'une vingtaine, de 300 m de long à presque 25 km! Le réseau routier en Norvège est un immense chantier, rien ne leur fait peur. Percer les montagnes, enjamber les bras de fjord, passer sous la mer ! Une armée ouvrière vit sur place, et travaille nuit et jour. Les moyens mis en oeuvre sont colossaux. Les travaux sont financés par un péage si besoin est, et quand l'ouvrage est rentabilisé, on arrête le péage. Tiens donc! Voilà un beau raisonnement. 

Nous n'avons aucune lumière sur le trajet aujourd'hui et finalement, les paysages sont moins marquants que les jours précédents. Heureusement que nous croisons une maman élan et son petit !

Nous notons que les éleveurs rassemblent les moutons et les rapatrient. Seraient-ce les prémisses de l'hiver? 

Arrivés à  Geilo, station de ski pour l'heure désertée, tout nous semble bien froid. On monte au dessus de la station trouver un coin agréable pour dormir. Rien ! On finit donc par rallier le camping local, sans enthousiasme. On sent que le retour approche. L'idée de retrouver tous les petits tracas laissés de côté ne nous rend pas très enthousiastes. Mais cela ne nous empêche pas de goûter le moment présent, un verre de vin blanc en guise d'apéro à la réception du camping.

 

>> La journée précédente ici

 

Les infos pratiques 

Pour le camping, propre, mais aux emplacements un peu petits l'été je le crains, c'est ici 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload